Suivre France Éducation international

Appui technique et opérationnel à la conception et démarrage d’un modèle d’éducation de la 2e chance en Tunisie pour les 12-18 ans

Les projets de coopération
Appui technique et opérationnel à la conception et démarrage d’un modèle d’éducation de la 2e chance en Tunisie pour les 12-18 ans

Tunisie

Texte

Objectif général

Soutenir le gouvernement tunisien, en partenariat avec l’UNICEF, dans la conception technique et opérationnelle et le démarrage d’un modèle expérimental de deuxième chance pour le retour à l’enseignement ou à la formation des adolescents âgés de 12 à 18 ans ayant quitté l’enseignement prématurément.

Objectif spécifique

Développer un cadre théorique, méthodologique et technique opérationnel d’un modèle de lutte contre l’abandon scolaire basé sur deux composantes : un guichet unique d’accueil et d’accompagnement des adolescents âgés de 12 à 18 ans ayant quitté l’enseignement prématurément et un dispositif de retour à l’enseignement ou à la formation.

Le projet

Le Programme tunisien de 2e Chance a été conçu dans le cadre d’une Assistance Technique recrutée par l’UNICEF, pour les autorités tunisiennes, et financée par le gouvernement britannique. Cette assistance technique a été fournie par un Groupement international (Cayambe Education, France Éducation International et l’Association Nouvelle Chance Tunisie), qui a accompagné la conception et l’expérimentation du Programme de juin 2018 à décembre 2020. Dans ce cadre, FEI est intervenue au titre (i) du pilotage de la mission et (ii) de son expertise en ingénierie pédagogique.

En s’appuyant sur une dynamique de co-construction, la Mission a permis de dégager les fondamentaux de ce programme :

  • Une politique interministérielle, qui se nourrit de la complémentarité de différentes actions ministérielles, Ministère de l’éducation, Ministère de la Formation Professionnelle et de l’Emploi et Ministère des Affaires Sociales notamment, au bénéfice du public cible ;
  • Un ancrage local fort et une gouvernance basée sur la concertation permanente avec les acteurs du territoire, au cœur duquel se placent les entreprises ;
  • Des principes pédagogiques essentiels que sont l’individualisation des parcours, une pédagogie du contrat basée sur la responsabilisation des jeunes vis à vis de leur progression et enfin, une pédagogie de la réussite ;
  • Une diversité de porteurs de projets qui seront fédérés au niveau national dans le cadre d’un processus de labellisation.

L’AT a accompagné la première expérimentation, privée, sur le Gouvernorat de l’Ariana début 2020, puis le lancement de la deuxième expérimentation, publique celle-là, sur le Territoire de Tunis début 2021. Deux autres centres expérimentaux verront le jour à Gabès et Kairouan, courant 2022.

La mission a défini le public-cible du projet, les jeunes décrocheurs de l’éducation et de la formation initiales de 12 à 18 ans, une population estimée de l’ordre de 30 000 adolescents chaque année. La spécificité et l’hétérogénéité de cette ce public a très vite amené la mission à concevoir un programme modulable, prévoyant différentes actions et parcours afin de répondre aux diverses attentes des jeunes : réintégrer l’école ou obtenir un premier niveau de qualification ; entrer en formation professionnelle ou rejoindre, pour les âgés, le marché du travail.

Cette « 2e Chance » voulue par les autorités tunisiennes s’insère donc pleinement dans la dynamique institutionnelle existante pour lutter contre l’abandon scolaire et s’appuie sur deux volets distincts, bien qu’expérimentés pour l’instant sur une localisation commune :

  • MA3AK, visant à accueillir les décrocheurs du territoire entre 12 et 18 ans et les accompagner pour trouver une solution de réinsertion sociale, scolaire ou professionnelle ;
  • INTALE9, dispositif de type éducatif, proposant un parcours spécifique pour les jeunes qui souhaitent réintégrer l’école (12/14 ans) et un parcours axé formation et insertion professionnelles, pour les 15 ans et plus. Ces parcours personnalisés de réinsertion sociale, éducative et/ou professionnelle sont tous deux basés sur le développement des compétences de vie et proposent une remise à niveau sur les savoirs essentiels.

L’AT a produit et coproduit un corpus de documents de référence, basés sur les meilleures pratiques internationales. En ce sens, les 14 résultats requis dans les termes de références ont été atteints voire dépassés, l’AT ayant également contribué à une mission supplémentaire pour proposer un guide méthodologique pour la remise à niveau sur les savoirs de base. 46 livrables, totalisant plus de 1 400 pages en français et en arabe, jalonnent toute la procédure de conception d’une politique de 2ème Chance dédiée aux adolescents décrocheurs et permettent :

  • De co-construire un avant-projet permettant un ciblage efficace des publics dans un contexte interministériel et de le positionner en complémentarité avec l’existant ;
  • De définir un cahier des charges technique précis pour chaque volet du dispositif, et de proposer un mode de gouvernance global par la labellisation ;
  • De construire les outils permettant de promouvoir des partenariats larges et diversifiés (cartographie des partenariats, outils de conventionnement, entre autres) ;
  • D’outiller les deux équipes en lien avec les meilleurs pratiques internationales (manuel d’orientation et outils de bilan pour Ma3ak, guide méthodologique de formation et batterie d’exercices pratiques articulés sur le développement des compétences de vie pour Intale9) ;
  • De définir le fonctionnement et les outils internes à minima ;
  • De travailler sur l’équipement et l’ergonomie des locaux ;
  • De concevoir les spécifications techniques et appuyer la mise en place d’une plateforme de suivi ;
  • De préparer la procédure et les outils permettant un recrutement des équipes sur profil, accompagné des guides d’entretien et d’évaluation des candidatures ;
  • De former ces équipes (plan et modules de formation -coaching)
  • De lancer une stratégie de communication servant de base au recrutement de l’agence chargée d’accompagner le processus
  • De prévoir le déploiement du dispositif sur le territoire.