Suivre France Éducation international

TCF - tout public

Bandeau d'illustration du TCF tout public

Le TCF tout public s’adresse à toute personne de 16 ans ou plus dont le français n’est pas la langue maternelle et qui souhaite, pour des raisons académiques (étudiants, futurs étudiants, stagiaires…), professionnelles (employés ou futurs employés…) ou personnelles, faire évaluer son niveau de français. 

Texte

Présentation générale

Le TCF tout public est le test de niveau linguistique du ministère français de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports. Il évalue les compétences en français langue générale des personnes dont le français n’est pas la langue maternelle.

À ce titre, il est donc reconnu par :

  • le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation,
  • la direction de l'intégration et de l'accès à la nationalité sous l’égide du ministère de l’Intérieur,
  • le ministère de la Culture,
  • le Ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration du Québec (MIFI),
  • les autorités universitaires,
  • les centres de formation en langues,
  • le monde professionnel.

Demande d’admission préalable (DAP)

Le TCF dans le cadre de la DAP

L’article 4 de l’arrêté du 30 mai 2013 relatif à l’évaluation du niveau en langue française des étudiants étrangers candidats à une inscription en première année de licence universitaire (L1) et en école d’architecture (NOR : ESRS1302034A) précise que l’examen doit comporter deux épreuves destinées à évaluer le niveau de compréhension de la langue française :

  • un test sous forme de questionnaire à choix multiple destiné à évaluer la compréhension orale et écrite et la maîtrise des structures de la langue ;
  • et une épreuve d’expression écrite).

France Éducation international, en accord avec le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, vous informe que les étudiants doivent désormais passer, dans le cadre de la DAP, des sessions du TCF tout public AVEC épreuve d’expression écrite obligatoire.

Les attestations ainsi délivrées ne comportent plus la mention « Demande d’admission préalable » mais sont tout à fait conformes pour compléter les dossiers des étudiants souhaitant intégrer une licence 1 ou une école d’architecture dans un établissement de l’enseignement supérieur français.

Calendrier à l’étranger

Pour la rentrée universitaire de septembre 2022 les candidats auront besoin de leurs résultats avant la date de début des commissions universitaires (fixée au 1er février 2022) et devront donc passer le TCF dans le cadre de la DAP le 8 janvier 2022 au plus tard.

Les étudiants devront se rapprocher soit des espaces campus France des pays concernées par la procédure Études en France soit directement auprès des SCAC.

Les sessions du TCF dans le cadre de la DAP (TCF tout public avec épreuve d’expression écrite obligatoire) pourront être organisées sur support papier ou sur support ordinateur tout au long de l’année.

Calendrier en France

Pour la rentrée universitaire de septembre 2022 les candidats auront besoin de leurs résultats avant la date de début des commissions universitaires (fixée au 1er février 2022) et devront donc passer le TCF dans le cadre de la DAP le 8 janvier 2022 au plus tard.

Les étudiants auront le choix entre deux possibilités :

  • soit dans les universités ou les écoles d’architectures au cours de la première semaine de janvier 2022. Les inscriptions se feront par voie électronique sur le lien suivant : https://www3.france-education-international.fr/LF/TCF/inscription/ qui sera ouvert à partir du 1er novembre 2021 ;
  • soit dans un centre de passation agréé par France Éducation international pour faire passer des sessions du TCF tout public qui pourront être organisées sur support papier ou sur support ordinateur tout au long de l’année.

Dispenses

Les candidats ressortissants des pays de l’Espace économique européen ou de la Confédération Suisse titulaires d’un diplôme étranger de fin d’études secondaires sont dispensés de la procédure DAP et peuvent donc présenter directement une demande d’inscription à l’université de leur choix qui jugera de l’opportunité, ou non, de leur faire passer une épreuve de vérification linguistique.

Sont dispensés de l’épreuve linguistique :

  • les candidats titulaires du baccalauréat français[1], d’un titre français admis en dispense du baccalauréat par une réglementation nationale ou du baccalauréat européen[2] ;
  • les candidats étrangers pouvant justifier d’une inscription dans une formation post-baccalauréat dispensée par un établissement français d’enseignement l’année précédant l’année universitaire pour laquelle ils présentent leur demande d’admission[3] ;
  • les candidats venant en France effectuer des études dans le cadre d’un programme arrêté par accord entre les gouvernements ou d’un programme défini par une convention interuniversitaire ;
  • les ressortissants des États où le français est langue officielle à titre exclusif ;
  • les ressortissants des États où le français est langue officielle. Lorsque le français n’est pas la seule langue officielle, il conviendra de vérifier que les études secondaires se sont déroulées dans leur totalité dans un établissement de langue française ;
  • les étudiants étrangers issus des sections bilingues francophones figurant sur une liste établie conjointement par les ministères en charge de l'éducation nationale et des affaires étrangères ;
  • les boursiers étrangers du Gouvernement français[4] ou les boursiers étrangers d’organismes internationaux ou de gouvernements étrangers dont les bourses sont gérées par un organisme français agréé ;
  • les apatrides, les réfugiés et les bénéficiaires de la protection subsidiaire4 [5] ;
  • les enfants de diplomates en poste en France et y résidant eux-mêmes 4 ;
  • les candidats résidant dans un pays où le français est langue officielle à titre exclusif et titulaires d’un diplôme de fin d’études secondaires d’un pays où le français est langue officielle à titre exclusif ;
  • les candidats, qu’ils soient ressortissants d’un pays ou résidents dans un pays où le français n’est pas la seule langue officielle, dont les études secondaires se sont déroulées, en majeure partie, en français ;
  • dans les autres États, peuvent bénéficier de cette dispense les élèves ayant suivi un enseignement en langue française dans des établissements du second degré dont la liste est établie conjointement par le ministre chargé de l’enseignement supérieur et le ministre chargé des affaires étrangères ;
  • les titulaires du DELF B2 (Diplôme d’études de langue française), du DALF C1 ou du DALF C2 (Diplôme approfondi de langue française) ;
  • les candidats ayant subi avec succès les épreuves du test d'évaluation du français (TEF), organisé par la Chambre de commerce et d'industrie de Paris Ile-de-France,

Le candidat doit pouvoir justifier de la dispense à la date du dépôt du dossier, sinon il doit obligatoirement être inscrit à une session du TCF dans le cadre de la DAP.

Présentation des épreuves

Ce TCF est composé de 3 épreuves obligatoires, présentées sous forme de questions à choix multiples (QCM) et de 2 épreuves complémentaires et facultatives, proposées sous forme d’exercices et que le candidat peut choisir de passer ou non en fonction de ses besoins :

  1. Compréhension orale* :  Épreuve collective : 29 questions à choix multiple (4 choix de réponses, une seule réponse correcte)
  2. Maîtrise des structures de la langue* : Épreuve collective : 18 questions à choix multiple (4 choix de réponses, une seule réponse correcte)
  3. Compréhension écrite* : Épreuve collective : 29 questions à choix multiple (4 choix de réponses, une seule réponse correcte)
  4. Expression écrite : Épreuve collective : 3 exercices
  5. Expression orale : Épreuve individuelle en face à face avec un examinateur : 3 exercices

*Dans le cadre d’une passation sur ordinateur, le QCM est composé de 91 items. Les 15 items supplémentaires (5 dans chacune des compétences) par rapport à la version papier n’entrent pas dans le calcul du score final. Ils permettent à France Éducation international de conduire des analyses sur la validité des items.

 

Le TCF tout public a une durée variable selon le nombre d’épreuves présentées (entre 1 heure 25 au minimum et 2 heures 37 au maximum) :

  • Compréhension orale* : 25 minutes ;
  • Maîtrise des structures de la langue* : 30 minutes ;
  • Compréhension écrite* : 45 minutes ;
  • Expression écrite : 60 minutes ;
  • Expression orale : 12 minutes (dont 2 minutes de préparation).

*Dans le cadre d’une passation sur ordinateur, le temps de passation de la compréhension orale, de la maîtrise des structures de la langue et de la compréhension écrite compte une dizaine de minutes supplémentaire par rapport à une passation sur support papier.

Qu’évaluent les différentes épreuves ?

Ces questions testent les capacités à comprendre le français parlé, comme, par exemple : 

  • des mots familiers et des expressions courantes dans des situations de communication courante (dialogues, interviews, entretiens, discussions au téléphone, etc.) ; 
  • l’essentiel de messages et d’annonces simples et claires ; 
  • des informations portant sur des personnes, des faits ou des événements dans des émissions de radio ou de télévision sur l’actualité ou sur des sujets personnels ou professionnels ; 
  • des exposés traitant de sujets concrets ou abstraits ; 
  • tout genre de discours prononcé à un débit courant. 

Cette épreuve est constituée de questions à choix multiples (QCM). Pour chaque question, il y a 4 choix de réponse (A, B, C, D) mais une seule réponse est exacte.

Les épreuves se présentent selon un principe de difficulté progressive.

ATTENTION : Chaque enregistrement n’est diffusé qu’une seule fois. La question est posée après l’écoute du document sonore.

Ces questions testent les capacités à comprendre le français écrit, comme, par exemple : 

  • des noms familiers, des mots et des phrases très simples utilisés dans des situations de communication (messages et lettres amicales ou administratives) ; 
  • des informations contenues dans des documents courants (petites annonces, prospectus, menus et horaires, etc.) ; 
  • des informations portant sur des personnes, des faits ou des événements (lettres personnelles) ; 
  • des textes en langue courante relatifs à la vie quotidienne ou au travail ; 
  • des articles et des comptes rendus dans lesquels les auteurs prennent position sur des sujets concrets ou abstraits ; 
  • des textes factuels ou littéraires longs et complexes, des articles spécialisés ; 
  • des textes abstraits ou complexes extraits d’ouvrages, d’articles spécialisés. 

 

Cette épreuve est constituée de questions à choix multiples (QCM). Pour chaque question, il y a 4 choix de réponse (A, B, C, D) mais une seule réponse est exacte.  

Les épreuves se présentent selon un principe de difficulté progressive. 

Ces questions testent les capacités à maîtriser les structures de la langue, des plus élémentaires aux plus complexes, en : 

  • repérant des erreurs de lexique ou de registre de langue ; 
  • choisissant l’équivalent d’une expression ou d’un terme grammatical ; 
  • choisissant les formulations correctes en fonction d’une situation de communication. 

Cette épreuve est constituée de questions à choix multiples (QCM). Pour chaque question, il y a 4 choix de réponse (A, B, C, D) mais une seule réponse est exacte.

Les épreuves se présentent selon un principe de difficulté progressive

Cette épreuve teste les capacités à s’exprimer en français à l’oral et est composée de 3 tâches :

  • Tâche 1 – Entretien dirigé sans préparation (2 minutes) : le candidat doit faire la preuve de sa capacité à échanger avec une personne qu’il ne connaît pas (l’examinateur).
  • Tâche 2 – Exercice en interaction avec préparation (5 minutes 30 dont 2 minutes de préparation) : le candidat doit faire la preuve de sa capacité à obtenir des informations dans une situation de la vie quotidienne courante. Le statut de l’interlocuteur et du candidat sont précisés dans la consigne.
  • Tâche 3 – Expression d’un point de vue sans préparation (4 minutes 30) : le candidat fait preuve de sa capacité à parler de manière spontanée, continue et convaincante en répondant à une question choisie par l’examinateur.

Dans cette épreuve, le candidat est évalué sur ses capacités à : 

  • parler de soi, de son environnement, familial et professionnel ; 
  • poser des questions adaptées à la situation de communication proposée ; 
  • donner son opinion et expliquer les avantages et inconvénients d’un projet, exprimer son accord et son désaccord ; 
  • présenter une argumentation claire et structurée dans un style approprié au contexte ; 
  • présenter de façon détaillée et structurée des sujets complexes, les développer et conclure. 

Cette épreuve teste les capacités à s’exprimer en français à l’écrit et est composée de 3 tâches : 

  1. rédaction d’un message pour décrire, raconter et/ou expliquer, adressé à un ou plusieurs destinataires, dont le statut a été précisé dans la consigne. Nombre de mots attendu : minimum 60 mots/maximum 120 mots. 
  2. rédaction d’un article, d’un courrier, d’une note, … à l’intention de plusieurs destinataires pour faire un compte rendu d’expérience ou un récit. Comptes rendus et récits seront accompagnés de commentaires, d’opinions ou d’arguments, en fonction d’un objectif (ex : revendiquer, se réconcilier, …). Nombre de mots attendu : minimum 120 mots/maximum 150 mots. 
  3. rédaction d’un texte (pour un journal, un site Internet, un collègue, un supérieur hiérarchique, …) qui compare deux points de vue portant sur un fait de société, exprimés dans deux documents. Le candidat donne son avis sur le thème traité dans les deux documents. Nombre de mots attendu : minimum 120 mots/maximum 180 mots.  

 

Dans cette épreuve, le candidat est évalué sur ses capacités à :  

  • communiquer un message de façon claire ;  
  • donner les informations demandées ;  
  • décrire, raconter, expliquer ;  
  • justifier un choix, une position, une décision, … ;  
  • enchaîner des idées et faire preuve de cohérence dans son discours ;  
  • comparer deux points de vue ;  
  • exprimer son avis et l’argumenter ;  
  • utiliser un vocabulaire et des structures adaptés à la tâche demandée ;  
  • être capable de reformuler.  

 

Attention ! La copie d’expression écrite pourrait être évaluée « A1 non atteint » si : 

  • l’écriture n’est pas lisible (en cas de passation sur support papier) ; 
  • chaque tâche n’est pas réalisée avec le nombre mots exigé ; 
  • la production est hors-sujet ; 
  • une ou plusieurs tâches ne sont pas réalisées. 
Texte

Inscription

Les sessions du TCF tout public sont organisées tout au long de l'année. Les centres agréés sont autorisés à organiser les sessions en fonction de leurs possibilités.

Il vous appartient de contacter directement le centre agréé TCF le plus proche de votre domicile.

Texte

Le centre agréé TCF vous renseignera sur :

  • les dates des sessions ;
  • la procédure d'inscription ;
  • le lieu de la passation des épreuves ;
  • le support de passation (sur papier ou sur support ordinateur) ;
  • le tarif.

Vous pouvez vous présenter autant de fois que vous le souhaitez au TCF tout public. Vous devez, cependant, attendre 30 jours entre chaque passation quelle que soit la déclinaison concernée.

Aucun diplôme ni aucune préparation ne sont requis pour pouvoir présenter le TCF.

Un candidat peut choisir de ne s’inscrire qu’à la seule épreuve d’expression écrite ou qu’à la seule épreuve d’expression orale ou qu’aux seules épreuves d’expression écrite et orale à la condition d’avoir passé les épreuves obligatoires (les QCM) : la date de passation des épreuves complémentaires est fixée, au plus tard, 60 jours avant la date de fin de validité de l’attestation initiale (qui correspond à la date de passations des QCM). 

Dans ce cas, il doit obligatoirement communiquer le code candidat de l’attestation correspondant aux épreuves QCM.

La validité de l’attestation comportant les résultats des épreuves d’expression écrite et/ou orale sera celle de l’attestation initiale (épreuves QCM). Cette nouvelle attestation reprendra les scores obtenus aux QCM.

Si le candidat passe les épreuves EE et/ou EO à des dates différentes et sous un code candidat différent, ses résultats ne pourront pas figurer sur une même attestation.

Il n’est pas possible de faire figurer sur une attestation, une combinaison des meilleurs résultats.

Résultats

Vos résultats seront transmis au centre de passation dans un délai de 15 jours ouvrés* à compter de la date de réception du matériel de session par France Éducation international.

*Dans le cadre d’une passation sur ordinateur, ce délai est ramené à 10 jours ouvrés à compter de la clôture de la session seulement en cas de passation des QCM seuls.

Vous devrez retirer votre attestation directement dans le centre dans lequel vous aurez passé les épreuves du TCF tout public.

Votre attestation aura une durée de validité de 2 ans à partir de la date de délivrance des résultats. Cette date de validité sera indiquée sur votre attestation.

Attention ! Un seul exemplaire de votre attestation vous sera délivré. Il est donc recommandé de conserver une copie de votre attestation.

 

Le TCF tout public évalue six niveaux de connaissance du français (définis en référence au Cadre européen commun de référence pour les langues du Conseil de l’Europe.

A1 non atteint

0 à 99 points

A1

100 à 199 point

A2

200 à 299 points

B1

300 à 399 points 

B2

400 à 499 points

C1

500 à 599 points

C2

600 à 699 points

 

Chaque candidat reçoit une attestation qui comporte selon les épreuves passées :

  • Un score pour la compréhension orale, un score pour la maîtrise des structures de la langue et un score pour la compréhension écrite ; 
  • Une note sur 20 pour l’expression orale et une note sur 20 pour l’expression écrite ; 
  • Un niveau par compétence (compréhension écrite, maîtrise des structures de la langue, compréhension orale, expression écrite, expression orale), qui pourra aller de « A1 non atteint » à « C2 » ;
  • Une indication concernant l’atteinte ou non du niveau requis dans le cadre d’une demande de naturalisation française : « B1 atteint » ou « B1 non atteint » ;
  • Une indication concernant l’atteinte ou non du niveau requis dans le cadre d’une demande de carte de résident en France « A2 atteint » ou « A2 non atteint ».

Au verso de l’attestation, sont présentées les grilles de niveaux et d’interprétation des scores.

    Texte

    Préparation aux épreuves

    Le TCF tout public n’est pas basé sur un programme de cours mais sur vos compétences en langue française et la capacité générale du candidat à utiliser le français. Ce niveau de langue dépend de la pratique de chacun et peut être amélioré par l’étude du français lors de cours ou d’études d’ouvrages spécifiques (voir la fiche ressources). 

    Les conseils pour se préparer à la passation du TCF sont les suivants :

    Avant de passer le test :

    • se familiariser avec le format du TCF (format et durée des épreuves),
    • se familiariser avec le déroulement d’une passation TCF,
    • prendre connaissance des exemples d’épreuves
    • s’immerger aussi souvent que possible dans la langue française en lisant, regardant la télévision, écoutant la radio, des enregistrements, conversant avec des proches,

    Pendant le test :

    • écouter attentivement les consignes,
    • rester le plus concentrer possible notamment pendant l’épreuve de compréhension orale,
    • ne pas perdre de temps en prenant des notes pour les épreuves QCM,
    • gérer son temps pour les épreuves de maîtrise de structure de la langue et la compréhension écrite ainsi que pour l’épreuve d’expression écrite (il faut bien réaliser les 3 tâches).

     Par ailleurs, pour vous entrainer, il est conseillé de vous exercer avec :

    L’entraînement à l’épreuve de compréhension orale du TCF
    sur le site de RFI Savoirs

    Logo RFI Savoirs

    L’entraînement aux épreuves obligatoires du TCF
    sur le site de TV5Monde

    Logo TV5MONDE

     

    [1] Prise en compte des diplômes relevant du dispositif de certification binationale en raison de la délivrance de 2 diplômes dont le baccalauréat français (abibac, esabac et bachibac)

    [2] Diplôme délivré par les écoles européennes des États membres de l’UE

    [3] Peuvent être dispensés de la DAP, les candidats qui peuvent justifier d’une inscription au sein d’un établissement français d’enseignement (y compris par correspondance), quels que soient la filière (BTS, DUT, CPGE…), le statut de l’établissement (EPLE, EPSCP, universités, établissements privés sous contrat d’association, établissements privés hors contrat) et le ministère qui exerce, le cas échéant, la tutelle.

    La justification d’une inscription sera le seul élément demandé au candidat qui ne devra pas justifier de la « validation » de son année ou d’être toujours scolarisé en fin d’année universitaire ; elle se fera par tous moyens et notamment la carte d’étudiant ou un justificatif émanant de l’établissement d’origine. Le cas de dispense s'applique uniquement lors d'une réorientation sans césure dans le parcours.

    Ce cas de dispense permet aux candidats de se réorienter après le 1er février. Les candidats en réorientation sollicitent une pré-inscription en première année de licence via la plateforme Parcoursup. Le dossier (dont le contenu est déterminé par l’université) sera examiné par une commission pédagogique qui jugera, au vu du niveau académique des candidats, d’accorder ou non une pré-inscription. De même, les modalités de vérification du niveau linguistique devront être déterminées par l’université dans le cadre d’une politique d’établissement (à l’instar des procédures pour les pré-inscriptions en L2 et L3).

    La dispense de la procédure peut être également accordée si la formation de DU dans laquelle est inscrit le candidat étranger est une formation post-baccalauréat, c'est à dire que le niveau du diplôme est supérieur à un niveau 4

    [4] Pour ces cas de dispense : les universités vérifient néanmoins que les candidats sont titulaires d’un diplôme ouvrant l’accès à l’enseignement supérieur dans le pays où il a été obtenu et que leur niveau de compréhension de la langue française est compatible avec la formation envisagée

    [5] Il existe trois régimes de protection : l'apatridie, le statut de réfugié et la protection subsidiaire. Les candidats bénéficiaires d'un de ces régimes de protection sont dispensés de la procédure DAP. Ils doivent être titulaires d'un régime de protection pour prétendre à la dispense de la DAP. Un récépissé de demande de régime de protection ne permet pas de bénéficier de la dispense, il faut présenter le justificatif d’attribution de régime de protection, c’est-à-dire le document définitif

    Documents à consulter