FOCAALE - Synthèse comparative de la recherche

9 La présente synthèse comparative a pour objectif de dresser un tableau de ce qui a été écrit sur l’acquisition des compétences de lecture et d’écriture en langue française par des personnes non- francophones peu ou pas scolarisées dans leur pays d’origine et par conséquent, généralement illettrées ou analphabète s 15 dans leur langue maternelle. Cette synthèse s’inscrit dans le projet de recherche FOCAALE, Français Opérationnel et Contextualisé pour Adultes en Apprentissage de la Lecture-Écriture. Ce projet, financé par le programme Erasmus +, répond précisément au besoin urgent d’améliorer l’enseignement du français pour les adultes venus en migration peu ou pas scolarisés en mutualisant les expertises et les pratiques existantes de trois pays francophones de l’UE, la France, la Belgique et le Luxembourg. A travers cette synthèse comparative, basée sur un état des lieux de la recherche scientifiqu e 16 , nous souhaitons mettre en avant les avancées et les obstacles de l’enseignement du français aux adultes non lecteurs non scripteurs, tels que décrits par la recherche. Nous avons dans un premier temps concentré l’état des lieux aux articles publiés endéans les cinq dernières années. Toutefois, la poignée d’articles en lien avec notre sujet nous a conduit à aller au-delà du critère de la date. En effet, sur un total de cinquante articles ou ouvrages consultés, treize articles sont récents, à savoir publiés en 2013 ou après, et parmi ces treize articles, seulement six sont davantage en lien avec les personnes venues en migration et infrascolarisées. Dans le présent document, la question de la définition du public ciblé par le projet FOCAALE fait l’objet d’un premier focus. Ensuite, nous faisons le bilan des matériaux pédagogiques efficients évoqués dans la littérature, tels que les supports authentiques et les récits de vie biographiques. Les approches didactiques valorisées dans les articles de recherche seront évoquées ainsi que l’importance d’avoir une vision plus globale qu’une approche strictement didactique, notamment à travers l’accueil des personnes. La question des obstacles communs rencontrés par les pays participants à travers ces différentes questions nous amènera enfin à proposer quelques pistes à développer. 1. La situation en France, en Belgique et au Luxembourg Le projet FOCAALE se fait en collaboration avec la France, la Belgique et le Luxembourg. Les spécificités de chaque territoire ont peu été abordées dans la littérature. Les travaux de deux étudiantes, Fanny Mangot (2012) et Anaïs Fournaux (2018), permettent de rendre compte de quelques différences liées aux territoires, à savoir le Luxembourg et la Belgique. Pour la Belgique, Anaïs Fournaux brosse un portrait historique de l’offre d’Alpha, tandis que dans les Actes des Journées d’études (2019), Jonathan Szajman propose un tableau synchronique de l’offre Alpha/FLE ainsi que de l’offre de formation pour les formateurs à Bruxelles. Marie-Cécile Guernier et Véronique Rivière (2012) présentent, quant à elles, la situation en France, sur les plans institutionnel et organisationnel, tandis que Adami (2012) retrace l’historique de la formation en France. 15 L'analphabète n'a pas appris à lire et à écrire dans sa langue, pour la simple raison que, bien souvent, il n'est pas allé à l'école. L'illettré, lui, a été scolarisé mais cet apprentissage n'a pas conduit à la maîtrise de la lecture et de l'écriture ou bien cette maîtrise a été perdue. 16 Les noms et dates entre parenthèses repris dans la synthèse se rapportent aux références bibliographiques de l’État des lieux de la Recherche.

RkJQdWJsaXNoZXIy MTg0NTM=