Suivre France Éducation international

Tunisie : le programme intra-scolaire de réduction du décrochage scolaire, un levier pertinent durant la crise sanitaire

Texte

Un enjeu humain, social et économique de taille

Selon plusieurs rapports et études tunisiens et internationaux, avant l’épidémie de la COVID 19, 110 000 enfants en âge scolaire quittaient l’école chaque année en Tunisie et environ 100 000 élèves se trouvaient en situation de risque de décrochage scolaire.

Le programme « M4D » est né en 2018 de ce constat, à la demande du ministère de l’éducation tunisien, avec le soutien de l’UNICEF Tunisie. Un consortium composé d’experts nationaux et internationaux, piloté par France Éducation international, a conçu et mis en œuvre, avec des acteurs de terrain, un modèle intra-scolaire à quatre dimensions (le « M4D »). Celui-ci propose une alternative pédagogique, éducative et organisationnelle permettant de prendre en compte l’aspect multifactoriel de l’échec et de l’abandon scolaires.

Expérimentation d’un modèle de prévention et de réponse au décrochage scolaire

Déployé depuis 2019 au sein de 9 établissements pilotes situés dans plusieurs gouvernorats de la Tunisie (Ariana, Bizerte, Gabes, Kébili, Sfax, Siliana), dans des zones rurales et urbaines, ce modèle comporte des mesures de prévention et de remédiation à la fois structurelles et pédagogiques, à l’intention des élèves en risque de décrochage et de ceux qui reviennent dans le système scolaire après une période de rupture.

Il se compose de 4 dispositifs qui visent à prendre en charge les décrocheurs potentiels, afin d’assurer leur maintien dans le système scolaire. Pensés comme des alternatives au redoublement, ils s’appuient sur un travail d’équipe multidisciplinaire et une dynamique interministérielle.

Une satisfaction des équipes locales, qui permet d’envisager sereinement le déploiement

Après 15 mois d’interruption liés à la crise sanitaire, les experts de France Éducation international sont retournés sur le terrain pour faire le point sur les activités à déployer et définir la stratégie de finalisation et d’extension. Ils ont rencontré les équipes des divers ministères impliqués : éducation, affaires sociales, santé.

L’objectif de ces rencontres était de maintenir l’engagement des partenaires et assurer leur mobilisation, bénéficier de leurs retours à propos des actions menées et identifier les éventuels points de blocage, en vue d’améliorer l’articulation aux différents niveaux de subsidiarité. Des pistes très concrètes ont émergé et permis d’envisager la relance des activités.

Les experts ont également visité le micro-lycée du 9 avril, situé à Tunis, pour prendre connaissance de la structure mise en place en 2021 et apprécier le degré d’appropriation par les équipes locales. Les échanges autour des potentiels et des difficultés ont contribué à envisager dans des conditions sereines le déploiement de dispositifs similaires à la rentrée 2021.

Globalement, les rencontres avec les équipes éducatives impliquées sur le terrain ont fait ressortir leur grande satisfaction dans l’appropriation des objectifs et la mise en œuvre du soutien scolaire ainsi que leur intérêt pour l’outil de repérage et, plus largement, la démarche d’identification des facteurs de risque du décrochage, afin d’agir en prévention dès le primaire.

Enfin, la réduction du décrochage scolaire entrera dans les plans de formation nationaux des acteurs éducatifs tunisiens dès la rentrée, témoignant ainsi de la forte valeur ajoutée de ce projet, du sens qu’il porte et du levier que constituent les dispositifs déployés.